Lumières des Andes

dimanche 6 juillet : NEVADO RUREC (5700 m)

                     Quand le réveil sonne à 3 h, je dors pas, alors c´est pas trop dur de se lever. Il y a beaucoup moins de vent qu´hier. Par contre, cheminer de nuit avec ma nouvelle frontale, c´est pas terrible, elle éclaire pas grand chose (mais faut dire que je ne l´ai pas payé bien cher). A 5h30, nous commencons à voir les premières lueurs du jour. A 6 h, nous sommes au pied de l´arête. Nous attendons une petite demi-heure pour qu´il fasse tout à fait jour et montons, d´abord dans des éboulis, puis dans du rocher, pour enfin atteindre la pente de neige. Il devient alors plus facile de cheminer. Mais à l´approche du sommet, nous sommes embêtés par des crevasses et de mauvais ponts de neige, pas assez solides. 150 m sous le sommet, nous renoncons, trop dangereux, comme ça, à 2, sur un glacier crevassé loin de tout. Nous aurons quand même bien profité, nous ne regrettons rien. La course était jolie et chercher son chemin sans une route à suivre, ça a aussi tout son charme.

 

 

 

   

 

 

           A noter que depuis là haut nous avons vu tomber un énorme morceau de sérac qui a déclenché une avalanche avec un aérosol qui s´est propagé jusqu´à la partie plane du glacier que nous avons refusé d´emprunter hier. Le guide peruvien avait dit de passer par là pour atteindre plus facilement le Rurec, ca se discute...

 

 

 

 

            A 10h45 nous sommes à la tente qu´il faut vite vider et démonter  pour être à la lagune à midi. Descendre la pente raide sans chemin avec les gros sacs demande beaucoup d´attention. Arrivés à la lagune, nous ne trouvons pas de taxi mais le gardien avec son âne. Lui, il a envie de gagner encore quelques soles et il a laissé la porte fermée au taxi... N´empeche qu´on a si mal au dos qu´on est bien contents de le trouver son âne. Il faudra donc encore 2 h de marche pour arriver à la porte. Orlando nous y attend déjà depuis un bon moment. Il nous ramène à Huaraz. Là, nous avons tout juste le temps de prendre une douche, de faire quelques courses et de manger, que déjà nous repartons. Et oui, demain le bloquage des routes et la grève démarrent de très bonne heure et nous sommes obligés d´aller dormir dès ce soir au village de Vico chez notre ariero pour être à pied d´oeuvre demain matin.

 

 

voir les photos

 

 

<<<   >>>



11/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres