Lumières des Andes

mardi 1er juillet : NEVADO ISHINCA (5590 m)

            Je ne sais pas si j´ai dormi plus de 3 ou 4 heures.Le réveil sonne a 5h. Il fait encore froid, la tente est gelée. Une fois avalé le petit dej, nous commencons à monter vers Ishinca à une atitude de 5590 m soit presque 1300 m de dénivellé. Le chemin va mieux qu´hier, il monte en faisant de grands virages. Puis il chemine dans une gorge et il passera un long temps avant que nous puissions profiter du soleil. Mais le voilà enfin, nous nous arrêtons pour une pause au bord de la lagune. C´est beau, encore une belle journée, le ciel est complètement dégagé et les couleurs éclatent. Il n´y a pas d´humidité dans l´air ni toutes les poussières et particules que l´on peut y touver par conditions anticycloniques en France.

 

 

         Nous sommes bientôt sur le glacier, plutôt en forme, nous montons bien. Du coup nous faisons une petite variante afin de rejoindre directement la crête avant le col. La neige est bonne et les crampons mordent bien. Puis nous rejoignons le col, la vue est splendide. Nous sommes sur un glacier magnifique, bien enneigé, mais laissant apparaitre de gigantesques crevasses et murs de glace qui, exposés au soleil en face est, viennent à former de magnifiques stalactites qui brillent au soleil.

 

 

 

 

           Rejoindre le sommet est plus difficile. Nous sommes à 5200 m et nous attaquons la pente la plus raide dans une neige un peu plus molle et de mauvaises traces. Le rythme est cassé, c´est avec peine que nous mettons pied sur la dernière marche. Mais quel spectacle! Il est assez tard pour que nous soyons absolument seuls. Le panorama est renversant. On a la vue sur les montgnes noires et sur les sommets enneigés du Tocllaraju, du Palcaraju, du Pucaranra, du Huatsan et le Ranrapalca qui nous domine. Des glaciers gigantesques, des faces de 1000 ou 2000 m toutes blanches, des champignons de neige et ce ciel presque noir tellement il est pur...

 

 

 

 

            La descente est aussi belle en traversée de l´autre coté. La trace est bonne et la neige encore froide. En bas, des lagunes d´un bleu intense, cette neige partout, la beauté de la glace, et puis on voit clair a des dizainers de kms. "Mourir pour voir ca"  serait certainement exagéré, mais on ne redescend forcément pas la même personne. C´est unique. On se dit qu´il est dommage de vivre sans voir ca au moins une fois dans sa vie. Ce n´est pas la première fois que je vis cette expérience. Mais on arrive encore à s´émerveiller à chaque fois...

 

 

             En attendant, avec des conditions comme ca, on prend des UV c´est sur. A 5000 m d´altitude par temps ensoleillé sur glacier au niveau des tropiques, ça tape dur. J´ai pourtant de bonnes lunettes mais quand même mal aux yeux et a la tête, Greg également. Nous hatons le descente mais sommes fatigués. Nous arrivons assez épuisés même. Mais tellement émerveillés de notre journée... Et puis il y a un bar au camp de base: une espèce de cahute tenue par un péruvien de la vallée. On peut y acheter du coca pour pas trop cher et ca, ca requinque bien. Nous partageons une bouteille avec un couple de francais rencontré il y a quelques jours: Sebastien  et Kate. Demain nous descendons et ce soir, je pense que je vais enfin bien dormir...

 

 

 

 

voir les photos

 

 

<<<   >>>



03/07/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres