Lumières des Andes

parlons sécurité

             A aller au Pérou, vous entendrez beaucoup de commentaires sur l'insécurité. Et puis il y a l'activité des sentiers lumineux dans les années 80 qui entretient toujours dans l'esprit de certains l'idée d'un climat malsain pour les touristes qui veulent se rendre là-bas. Certes il faut faire attention. Le Pérou est un pays pauvre, donc il y a bien des risques de se faire voler. Plus que dans les autres pays pauvres, je ne sais pas... Donc, non, il ne faut pas trainer seuls dans les rues désertes le soir, non, il ne faut pas aller se promener avec des vêtements voyants ou l'appareil photo dernier cri dans certains quartiers. Il faut aussi faire attention à ne pas prendre n'importe quel taxi. Certains vont emmèneront dans des ruelles désertes pour vous dérober vos bagages. On les trouve plus facilement dans les quartiers à touristes ou près des terminaux de bus et aéroports à attendre le bon pigeon... On en a signalé aussi beaucoup aux abords du lac Titicaca. Par contre, je n'ai pas entendu d'histoires d'enlèvement contre rançons comme dans d'autres pays d'Amérique latine. Sinon, pour ce qui est des manifestations, grèves et éventuelles émeutes, oui, mieux vaut éviter de traverser un barrage, une manifestation ou un rassemblement de grevistes. Les esprits peuvent toujours s'échauffer dans ces moments là...

 

                En montagne, il faut bien se renseigner car dans certaines vallées, les paysans n'hésitent pas à venir voler du matériel dans les tentes la nuit. La cordillère Huayhuash entre autre a une réputation des plus sulfureuses. Il est donc conseillé de s'entourer d'un queshua, cuisiner, ariero ou porteur pour garder le camp la nuit et quand on laisse la tente pour partir en montagne. Nous, nous n'avons pas rencontré de problème, notamment à Inshinca où nous n'étions que tous les deux. mais nous avions quand même vu avec le cuisinier du groupe d'à coté pour qu'il nous garde nos affaires. Quitte à glisser un petit billet, ça évite bien des déconvenues...

 

              Enfin je parlerai d'un autre type de vol, pas bien méchant mais que je pense il ne faut pas encourager. En effet, il n'est pas rare que dans certaines vallées, quand les campecinos ne peuvent gagner de l'argent en travaillant comme ariero ou porteur, viennent à taxer les toursites de passage en installant des barrières à péage sauvages. Il faut alors payer 5 soles (Inshinca) ou 35 (Huayhuach) pour accéder à la vallée. Alors oui, les paysans sont pauvres, oui, ce n'est finalement que peu d'argent, mais leur donner signifie encourager le mouvement et bientôt tout le monde installera sa barrière n'importe où et il faudra payer sans cesse... La police n'assure aucun contrôle. Il faut donc, sans jamais aller à se facher, faire comprendre que l'on est pas dupe et que leur petit commerce est parfaitement illégal. A Inshinca, en montrant les billets du parc et en faisant la preuve que nous avions déjà payé, on nous a laissé passer... Mais ce n'est pas toujours facile. Il faudrait trouver un moyen de laisser de l'argent dans ces villages que l'on traverse sans céder à ce racquet organisé.



06/08/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres