Lumières des Andes

samedi 5 juillet : Rurec, 1ere tentative

                  Comme prévu je n´ai pas beaucoup dormi. Le réveil sonne à 5h et la galère commence. Il fait très froid dehors et le vent qui descend du glacier ne nous lachera pas avant le milieu de la journée. J´ai mal au ventre et du mal à digérer le ptit dej. Et puis après la séance d´hier, j´ai l´impression de ne plus avoir de cuisses. En plus, je sens bien qu´il reste du boulot coté acclimatation. Bref, c´est tout doucement que nous remontons la moraine en direction du glacier. Le vent est bien là et se fait sentir, et nous ne verrons pas le soleil avant un bon moment.

 

 

                Et alors le comble du comble, c´est que Greg n´a pas de carte et il a oublié le topo à l´hotel. Dans cette vallée reculée, il ne faut pas compter sur un chemin ou une bonne trace. C´est donc au jugé que nous tentons de trouver l´itinéraire, alors même que, de là où nous sommes, nous n´avons pas de vue sur la montagne. Nous tentons de rejoindre la crête par des vires de neige, parfois raides, et même en cheminant dans les rochers, mais le rocher ici, il est vraiment mauvais, délité. En plus même Greg est fatigué et la neige, maintenant au soleil, commence à mollir. Arrivés à 5300 m d´altitude, nous décidons le demi-tour. pas facile...

 

 

              La descente se présente mieux. Nous avons une vue magnifique sur le face sud-ouest du Huantsan et son glacier gigantesque. Merveilleux. Nous sommes tentés un moment de cheminer sur le glacier en pente douce en direction du col, mais la taille des séracs prêts à tomber de la face même bien au dessus, nous dissuade. Nous redescendons et sortis du glacier, nous pensons avoir trouvé la solution. Tant pis, on était trop décus tout à l´heure, demain nous allons nous lever très tôt pour faire une autre tentative avant de rejoindre Orlando à 12 h.

 

 

 

 

 

            A 14h30 nous sommes au camp et profitons de la beauté des lieux au soleil. C´est unique un bivouac comme ca tous seuls. Seul bémol: Greg m´a fait porter 3 sachets de thon à l´huile d´olive pour  assaisonner le riz. L´un d´eux s´est ouvert dans le sac et les 3 sont périmés depuis 2 ans. Grrr... Ce soir il risque d´être un peu sec le riz !

 

 

voir les photos

 

 

<<<   >>>



11/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres