Lumières des Andes

vendredi 4 juillet : en montant vers le Rurec

              Ce matin, Orlando est venu nous chercher avec son taxi. Il nous emmène dans une vallée profonde et oubliée où l´on ne trouve que quelques paysans, la vallée de Rajucolta. Monter jusqu´à la barrière du parc est long, long, mais si joli... Les blés dorés, les bêtes, les paysans qui travaillent aux champs. Plus haut nous quittons toute zone habitée pour arriver à la porte d´entrée du parc. Celle-ci restera fermée aujourd´hui, le gardien n´a pas le clef, le taxi nous laisse là. Nous avons donc toute la vallée à remonter à pied, sac au dos. Heureusement le gardien de la porte possède un âne et nous propose de monter les sacs pour 40 soles. Ok, vendu!

 

 

 

 

           Pauvre animal chargé de plus de 40 Kg... Et bien le bourricot, il file, on a même du mal à le suivre. Le chemin de la vallée ne monte pas vraiment, il chemine a plat jusqu´au pied du glacier du Huantsan où se trouve une grande lagune et un barrage en dur. Cette vallée est une petite merveille. Des fleurs partout, un torrent qui chante, des plantes rigolotes que je n´avait encore jamais vues, la vue sur le Huantsan, immense, majestueux, avec son glacier impressionant. Cette balade aura vraiment été un enchantement pour moi, une magnifique expérience.

 

 

 

 

         On laisse l´âne à la lagune pour monter à une autre plus petite. Greg a eu la bonne idée de prendre ni carte, ni topo, nous ne savons pas le dénivellé à monter. Une petite heure nous dit le gardien avant de nous quitter.  En fait c´est 500 m à monter sur une pente bien raide sans chemin pour terminer à près de 4700 m d´altitude avec les sacs et le bivouac sur le dos. Un enfer ! En fait il nous faudra plus de 2 heures pour atteindre notre camp de base...

 

 

         Le camp est bien placé, sur un terrain sablonneux au bord du torrent avec le vue sur le glacier du Huantsan et le Rurec, ses rochers rouges et ses glaces. Greg trouve encore la forme pour partir en reconaissance, mois je me glisse dans la tente au soleil pour faire la sieste. Je suis épuisée. Mais dès que je commence à m´endormir, je me réveille en sursaut avec l´impression d´étouffer. L´altitude... J´espère quand même dormir un peu cette nuit. En attendant, greg est rentré, nous dégustons la soupe maggie aux 9 légumes en regardant s´allumer le Huantsan avec les derniers rayons du soleil. Nous sommes seuls là-haut, absolument seuls. Cette vallée n´est que très peu fréquentée par les touristes, si ils savaient ce qu´ils ratent...

 

 

 

 

voir les photos

 

 

<<<   >>>



11/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres