Lumières des Andes

mercredi 9 juillet : NEVADO COPA (6188 m)

                  Au début, Edwin avait commencé à préparer le petit dej à minuit et demi, en même temps que l´autre groupe et leur guide. Nous avons testé l´année dernière, c´est pas du tout une bonne idée. Monter 5 h de nuit pour arriver à plus de 6000 m d´altitude par -20ºC et du vent sur la crête, c´est l´échec assuré. Nous prions donc Edwin de remettre le petit dej 2 h plus tard. Mais à 2 h, il neige sur la tente. Ça aussi, ça nous rappelle des choses.... Décidément, dès que l´on veut dépasser les 6000 m, le sort s´acharne contre nous. Vers 3 h, la neige s´est arrêtée de tomber, on risque un oeil dehors et on voit des étoiles, ce n´était qu´une averse passagère. Allez zou, on y va, nous prévenons Edwin, il recommence à faire chauffer l´eau.

 

 

             A 4 h, nous partons. Il fait bien froid et la neige a bien regelé. Les crampons mordent bien, nous avançons vite. Nous cheminons sur le glacier suivant la trace du guide, déjà à demi effacée par la neige et le vent. Nous finissons la perdre  et mettons un temps certain à la retrouver. Ensuite, il faut monter sur une pente plus raide avec de la neige fraiche roulée par le vent. Greg enfonce jusqu´au genou. Le jour commence à poindre mais nous ne sommes pas prêts de voir le soleil. Refaire la trace est laborieux mais nous avançons bien. Le jour se lève au dessus du Huascaran au dessus des nuages. C´est beau. Nous croisons le guide et son client, ils sont arrivés au sommet avant le lever du jour et avec le froid, ne l´ont pas attendu...

 

 

 

 

           Vers 9 h, nous finissons par faire une petite pause, désespérés de ne jamais voir le soleil. Le vent souffle fort sur la crête au dessus de nous et la mer de nuages remonte peu à peu sur l´autre versant de la montagne. A 9h30 nous avons dépassé les 6000 m, nous sommes sous le sommet que nous ne verrons plus. Bientôt nous sommes pris dans le brouillard qui est monté d´un seul coup et perdons la trace.  Vite nous faisons demi tour afin de redescendre en suivant nos pas que le vent aura bien voulu ne pas effacer. Moment de stress, il n´est pas facile de les retrouver, les traces, dans la neige au milieu du brouillard. Nous y arrivons pourtant avec beaucoup d´attention et de patience, faisant appel à nos mémoires. Le brouillard dans la neige, pour moi, c´est une première, c´est impressionant, Greg lui a déjà connu mais ne fait pas le fier quand même.

 

 

             Nous arrivons au camps à 10h30. Edwin est content de nous voir, il a vu venir les nuages, il s´était un peu inquiété. Petite sieste, soupe chaude, démontage du camp, descente à la lagune, remontage du camp, petite sieste. Le temps a franchement tourné au mauvais là-haut. L´avantage, c´est que ça nous fait un magnifique coucher de soleil avec les nuages. Nous allons nous coucher, il neige à nouveau sur la tente...

 

 

 

 

            Nous avons fait ce que nous avons pu avec ce que nous avons eu. Si nous n´avions pas perdu 1 h à refaire la trace, nous aurions surement atteint le sommet avec une magnifique mer de nuages. Mais nous aurions eu certainement très froid avec le vent aussi. Nous avons pu tout de même profiter d´un magnifique bivouac au camps d´altitude juste avant que le temps ne tourne au mauvais. Enfin nous avons eu ce que nous voulions: nous avons finit notre acclimatation. Et c´est vrai vrai que l´on avait la forme là-haut à 6000 m ! Il faut qu´on se fasse une raison, les montagnes de plus de 6000 m, elles ne nous aiment pas, il faut toujours que l´on fasse demi tour juste sous le sommet...

 

 

 

 

voir les photos

 

 

<<<   >>>



11/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres